La vie, c'est Paris! Paris, c'est la vie!

La vie parisienne en vert

Dans la grisaille d'hiver, une couleur fait surface avec force : le vert flushy (hélas, encore un anglicisme entré dans la langue de Molière qui se dit d'une couleur très vive, acidulée ; tape-à-l'œil d'un objet ou frimeur d'une personne). Non, ce n'est pas du tout l'arrivée du printemps mais une petite boîte jugée « magique » accompagnant désormais votre vie quotidienne 24h sur 24, pour « simplifier » la relation avec votre fournisseur d'électricité (EDF ou d'autres !), grâce à votre distributeur Enedis -entreprise créée express pour cette nouvelle relation lucrative de Big Data, en vue de l'ouverture totale à la concurrence du marché d'électricité français. Autrement dit, 35 millions exemplaires seront installées dans toutes la France d'ici 2021. https://total.direct-energie.com/particuliers/electricite/compteur-linky

https://www.enedis.fr/particulier Cependant, dans d'autres pays, cette même boîte est jugé plutôt « diabolique » car elle est refusée par la majorité de la population germanique et autrichienne. https://reporterre.net/En-Allemagne-et-en-Autriche-le-Linky-est-severement-bride Consultez cette plateforme proposant des infos sur le côté non-magique du Linky. https://www.poal.fr/

Le samedi 11 janvier, la maire sortante de Paris, Anne Higaldo, lance sa candidature aux municipales par le slogan « Paris en commun » (petit rappel de 2014 « Paris qui ose »). Sa nouvelle affiche de campagne semble dominée par le vert - pourtant en deux nuances, l'un fait penser à la couleur de la RATP et l'autre au Linky. Quel hasard ? ! https://www.leparisien.fr/politique/municipales-a-paris-la-nouvelle-affiche-d-anne-hidalgo-passee-au-crible-11-01-2020-8234061.php#xtor=AD-32280599 Le défi écologique se situe sans aucun doute au centre des préoccupations de la population parisienne, comme d'ailleurs de celles d'autres grandes métropoles, depuis des années : les particules fines, des canicules, le fléau des punaises de lit etc. font partie de notre vie citadine « normale ». Néanmoins, il ne faut pas baisser les bras mais trouver impérativement des solutions appropriées le plus vite possible. https://immobilier.lefigaro.fr/article/punaises-de-lit-ce-fleau-du-logement-pourrait-bien-devenir-un-sujet-politique_4b0c2bec-9e70-11e9-b288-bcfdea1b7529/ L'exemple le plus éloquent du moment nous vient de l'Australie. Imaginez-vous, les incendies meurtriers dans les villes australiennes durant déjà quatre mois ont fait émerger une nouvelle mode de masque antipollution, selon le Guardian du 13 janvier. https://www.theguardian.com/fashion/2020/jan/13/fashionable-face-masks-trying-to-make-something-horrific-seem-appealing En revanche, sachez que la fabrication de ce genre de masques existent déjà bel et bien en France, pourtant un peu moins fashion, pardon, chic ! Comparez vous-même : https://shopausair.com/ et https://www.r-pur.com/ .

Et oui, le « progrès » ne s'arrête pas en 2020! Ainsi, le même 13 janvier, la presse scientifique internationale annonce la spectaculaire naissance du Xenobot : premier robot vivant créé à partir des cellules souches de la grenouille africaine Xenopus laevis par une IA. Petit bémol, cette révolution est financée par la DARPA, les recherches militaires avancées des USA- créé en 1958 par le président Eisenhower. https://www.lebigdata.fr/xenobot-robot-vivant Quelle ironie du sort que justement nos ami-e-s de l'Angleterre -qui vont abandonner l'Union européenne le 31 janvier - surnomment les Français-es les frogs, les grenouilles...

Vous pouvez vous venger et prendre une bière à la brasserie « The Frog & British Librairy » située pas loin de la BnF Mitterrand, pour fêter (ou regretter) leur départ. https://www.frogpubs.com/fr/pub-the-frog-british-library-paris-4.php Quant à la grève qui continue à Paris et ailleurs en France, méditez cette phrase d'un grand homme politique anglais très francophile : L'Angleterre s'écroule dans l'ordre, et la France se relève dans le désordre. (Churchill)

Le 2e Ballon d'Or au féminin au Châtelet

C'est un secret de Polichinelle que le théâtre du Châtelet, premier théâtre municipal équipé d'un nouveau système d'éclairage par plafond lumineux (datant de 1862), est spécialisé dans les représentations à grand spectacle. Le 13 septembre 2019, après des travaux importants pendant presque trois ans, la réouverture de cette scène emblématique parisienne permet enfin de rencontrer les nouveaux talentueux codirecteurs : côté artistique la Britannique Ruth Mackenzie et côté administration Thomas Lauriot, les deux nommés depuis 2017. https://www.la-croix.com/Culture/Theatre/reouverture-Theatre-Chatelet-imminente-2019-08-14-1201040977 Rien qu'un grand spectacle attend en effet le public composé de la crème de la crème du monde sportif invité au Châtelet le 2 décembre dernier : les Ballons d'Or au masculin et au féminin. Rappelez-vous, c'est la Norvégienne Ada Hergerberg, l'attaquante de l'Olympique lyonnais de 24 ans, qui reçoit le premier Ballon d'Or au féminin de l'histoire du football en 2018. Notez que le magazine France Football a créé cette récompense en 1956 - hélas, à l'origine uniquement pour les joueurs de foot du sexe masculin. La soirée du premier Ballon d'Or au féminin a forcement marqué les esprits, notamment à cause de la « mauvaise blague » du DJ et représentant de la french touch Martin Solvieg, en charge de l'animation de la cérémonie (une petite remarque sexiste au moment de remettre le trophée à la meilleure joueuse du monde fraîchement élue...).

Sans surprise, en 2019, pas de Martin Solvieg, donc pas de mauvaise blague et pourtant pas non plus la nouvelle meilleure joueuse du monde. Rassurez-vous, son absence n'est pas la faute du footballeur ivoirien Didier Drogba ou de la journaliste sportive Sandy Heribert chargé-e-s de l'animation de la 64e cérémonie : comme prévu, Messi (32 ans) - « la pulga » (la puce) comme disent ses fans- accepte très ému- son 6e Ballons d'Or. Cet attaquant argentin de génie brille depuis des longues années au FC Barcelone - sans pour autant briller dans son équipe nationale. Le cas de Megan Rapinoe (34 ans) illustre parfaitement le contraire : la co-capitaine de l'équipe nationale américaine n'a pas seulement remporté la Coupe du monde de football féminin en juillet dernier mais également marqué comme joueuse de Seattle 58 buts dans 150 matches. Sans oublier que l'icône de l'opposition au président américain Trump, est aussi une militante pour les droits des LGBT et l'égalité homme-femme. « Je ferai le maximum pour être là l'année prochaine », a-t-elle déclaré dans un message vidéo diffusé lors de la cérémonie. https://www.afp.com/fr/infos/334/lamericaine-megan-rapinoe-championne-du-monde-remporte-le-ballon-dor-2019-doc-1mr33q2

C'est évident que dans le monde actuel du foot, notamment en France, mieux vaut être un homme qu'une femme : Le football est le reflet de notre société. Regardez bien l'expression d'un joueur sur le terrain, c'est sa photographie dans la vie. (Aimé Jacquet) https://www.glamourparis.com/societe/phenomene/articles/foot-feminin-combien-gagnent-vraiment-les-footballeuses-/65195 et https://myfootactu.com/2019/01/footballeurs-francais-plus-riche.html Ainsi, la FIFA discrimine ouvertement et sans gène les footballeuses depuis très longtemps (cf. L'Atlas des Femmes, Joni Seager, Robert Laffont, 2019, p.85). Moins de salaire, c'est moins de retraite : de nombreuses femmes devraient se mobiliser dans la rue à partir du 5 décembre contre la reforme de retraites à points qui risque de diminuer encore un peu plus leur maigres retraites (déjà 39% moins que celles des hommes). https://www.la-retraite-en-clair.fr/retraite-france-monde/systeme-retraite-france-parite/7-differences-entre-retraite-hommes-femmes

Quant au monde du théâtre, « the show must go on » et le grand spectacle continue : le Châtelet vous propose « Un Américain à Paris », jusqu'au 1er janvier 2020. https://www.chatelet.com/programmation/saison-19-20/un-americain-a-paris/

Déesse merci, on ne parle pas de Donald Trump mais de George Gershwin... Restons optimiste malgré tout. 

L'été en 2019 bis...la goutte d'eau qui fait déborder le vase

Dans cette nuit du 22 au 23 août, un convoi spécial va livrer la main géante (encore sans le reste) de la sculpture controversée de Jeff Koons (né en 1955) - le rouleau compresseur du marché de l'art -(selon Libération) sur les Champs-Élysées : son œuvre intitulée « Bouquet de tulipes » en bronze, acier inoxydable et aluminium polychrome de dix mètre de haut et huit de large ne pèse que 27 tonnes. Des dimensions modestes à l'américaine, dirait son président mégalomane... https://www.liberation.fr/direct/element/les-tulipes-de-jeff-koons-arrivent-cette-nuit-a-paris_101624/ Une sculpture conçue -selon son créateur- comme un geste d'amitié entre le peuple américain et le peuple français, mais le peuple de Paris a lancé illico un cri de protestation contre ce « cadeau ». En fait, c'est seulement le dessin qui est « gratuit », sa réalisation demandait un financement important par des sponsors privés. Ainsi, la ville de Paris, c'est-à-dire les impôts de nous toutes et tous, aura à la charge la maintenance de l'œuvre en question. Et quel rapport entre ces tulipes gigantesques devant le Palais de Tokyo (première idée de localisation du père du bouquet) et l'attentat du 13 novembre à Paris en 2015 ? Question difficile à répondre. Probablement aucun... sauf que l'art contemporain n'est devenu qu'un business comme un autre, vivant de la publicité. Pragmatique, la maire Anne Higaldo a été obligée de proposer un endroit alternatif : malheureusement le jardin du Petit-Palais, pas loin de la statue de Winston Churchill qui disait : You can always count on Americans to do the right thing - after they've tried everything else. L'inauguration du bouquet controversé et complètement installé est prévue lors de la Nuit blanche. A suivre !

L'été 2019 -entre deux Canicules et le CETA- va marquer l'histoire de Paris, voire de la France, notamment le 23 juillet : le matin, la jeune militante écologique suédoise Greta Thunberg (née en 2003 à Stockholm) est invitée à débattre à l'Assemblée nationale le réchauffement climatique. https://www.youtube.com/watch?v=MYWuaPXh89k

A ce moment, nous sommes au milieu de la 2e canicule de cet été, juste avant la journée la plus chaude de l'histoire de la ville de Paris, le jeudi 25 juillet et ses 42, 6 °C, d'une pollution des particules fines au max, d'une sécheresse monstre menaçant toute la France et de l'annonce du tritium dans l'eau potable à Paris et en Ile-de-France. https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/contamination-radioactive-pour-de-l-eau-potable-en-ile-de-france-accuse-une-association-1563377348 L'après-midi, la ratification du CETA, le traité du libre échange entre le Canada et l'Union européenne, passera à l'Assemblée nationale : 266 voix pour, 213 contre et 74 abstentions. Bonjour les bœufs canadiens bourrés d'antibiotiques, d'hormones etc. et bon appétit ! Adieu les normes européennes et la mise en cause du principe de précaution, si chers à Nicola Hulot. Tant pis. https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Environnement/Nicolas-Hulot-appelle-deputes-dire-non-Ceta-2019-07-22-1201036879 https://www.france24.com/fr/20190821-france-ceta-rentree-gouvernement-macron-canada-libre-echange-permanences N'oublions pas que depuis décembre 2015, la capitale française a son rôle au sein du combat écologique international à jouer : l'Accord de Paris pour le climat oblige ! Autrement dit, toutes et tous à la manif pour le climat du 20 septembre, un Friday For Future, lancé par Greta et soutenu par de nombreuses personnes -jeunes ou moins jeunes- partout dans le monde.

https://ec.europa.eu/clima/policies/international/negotiations/paris_fr

https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/climat-des-organisations-ecologistes-appellent-a-une-mobilisation-les-20-et-21-septembre_3547849.html