La vie, c'est Paris! Paris, c'est la vie!

L'été parisien en 2019

Des visages de femmes célèbres ont marqué cet été parisien : tout d'abord ceux des Bleues qui ont envahi le parc des Princes afin de le transformer finalement en parc des Princesses -jusqu'au 28 juin...Certes, les footballeuses françaises n'ont pas gagné ce jour-là le match contre les championnes du monde mais cela n'est pas une honte car ces Américaines disposent de la meilleure joueuse et buteuse de cette Coupe du monde : Megan Ripanoe (34 ans). https://fr.besoccer.com/info/mondial-2019-rapinoe-sacree-meilleure-joueuse-et-buteuse-du-tournoi-668280

Pas seulement une personnalité sportive hors commun, elle est devenue -avec la 4e étoile sur le tricot- l'icône du football féminin à l'échelle planétaire. Cette brillante attaquante & co-capitaine de l'équipe nationale américaine est également porte-voix LGBT, diplômée en sociologie & science po et ouvertement anti-Trump. Grâce à elle, le football féminin va enfin pouvoir haut et fort revendiquer la parité au niveau des salaires avec les collègues du sexe masculin. Pour les Bleues, c'est un rêve ultime ! La discrimination liée au genre est leur pain quotidien. Maintenant il faut des moyens financiers pour arriver au top et le plus vite possible. https://www.lesportaufeminin.fr/2019/07/08/megan-rapinoe-les-joueuses-ont-fait-le-spectacle-durant-ce-mondial/

Une footballeuse française, Melissa Plaza, est certainement aussi très heureuse du succès de cette Coupe mondiale en France. Son livre autobiographique intitulé Pas pour les filles (Robert Lafont) tombe à pic pour démontrer le talent des femmes dans cette discipline réservée aux messieurs, depuis trop longtemps. https://www.tv5monde.com/emissions/episode/l-invite-melissa-plaza

Curieusement, la langue de Molière n'a pas prévu une version féminine pour le mot vainqueur. Bizarre, bizarre... En Suisse et au Québec, on utilise « vainqueuese » et « vainqueresse ». On dirait plutôt pour le premier une maladie grave et pour le deuxième une méchante vengeance. Soit. C'est le moment mes dames de créer un mot pour la France : le concours est ouvert.

Quant aux visages de femmes célèbres, Nan Goldin -une autre Américaine pas footballeuse mais photographe- est passée au Louvre, pour protester contre l'aile Sackler le premier juillet: Theresa & Mortimer Sackler sont des richissimes mécènes américains dont la fortune est basée sur le médicament OxyContin qui a fait des grands dégâts en rendant accro ses utilisatrices & utilisateurs. La Tate à Londres et le Guggenheim à New York ont déjà coupé les ponts avec ce couple, à quand le tour du Louvre ??? https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/louvre/au-louvre-manifestation-contre-le-financement-du-musee-par-un-mecene-implique-dans-la-crise-des-opiaces_3516205.html

Le Louvre rend au moins un petit hommage à une grande cinéaste récemment disparue et tant aimée : le 21 juillet à 22h, projection du film « Visages, Villages » d'Agnès Varda et de JR (en sa présence)- gratuit sur réservation. https://presse.louvre.fr/cinema-paradiso-louvrenbsp/

Paris-Pékin : 30 ans après Tian'anmen dite place de la porte de la Paix céleste

Le 4 juin 2019 est une journée chargée d'histoire(s) : c'est d'ailleurs la fin du Ramadan, donc la fin du mois du jeune des pratiquant-e-s de l'Islam, la deuxième religion de France. Le matin, de 10h30 à 13h plus précisément, l'UNESCO invite à une table ronde ayant pour thème « femmes & foot », en vue de la promotion de la 8e Coupe du monde de foot féminine organisée pour la première fois en France, à partir du 7 juin. A la grande surprise du public -nombreux et très jeune car composé de groupes scolaires invités- dans la grande salle de l'UNESCO, les deux stars de la table ronde sont originaires d'un pays musulman : l'une est Nadia Nadim (née en 1988 en Afghanistan et réfugiée politique au Danemark), joueuse professionnelle actuellement au poste d'attaquante au Paris Saint-Germain et membre de l'équipe nationale danoise. L'autre est Houriya Al-Taheri (née aux Émirats arabes unis), première femme à devenir entraîneuse de football pro dans le Golfe. Détrompez-vous, les deux femmes sont aussi brillantes que belles, rien à voir avec le cliché du type garçon raté. Par contre, elles soulignent toutes les deux qu'il faut avoir avant tout une volonté de fer, pour réussir dans cet univers d'hommes. Notons en passage que la directrice générale actuelle de l'UNESCO, présente à l'événement, Audrey Azoulay (née en 1972 à Paris), vient d'une famille juive marocaine et cette haute fonctionnaire a été déjà brièvement ministre de la culture du gouvernement d'Hollande. Après les témoignages des footballeuses intrépides, à la fin de la matinée, Carole Gomez, chercheuse à l'IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques, think tank français privé), présente en quelques mots le rapport sur les enjeux de la féminisation du football. A consulter sur Internet. (https://www.iris-france.org/wp-content/uploads/2019/06/UNESCO_Rapport_Quand-le-football-saccorde-au-f%C3%A9minin.pdf )

Vers midi, de l'autre côté de la Manche sur le Trafalgar Square à Londres, une grande manifestation démarre contre la visite contestée du président américain qui veut bien profiter du Brexit pour conclure un accord de libre échange « historique » avec l'Angleterre (la vente de la sécu anglaise NHS incluse !). Ainsi le « Diaper Donald », un ballon gonflable présentant le président américain en bébé habillé en Pampers avec un i-phone, fait sa réapparition et ajoute sans aucun doute une touche d'humour à l'affaire très sérieuse... https://www.youtube.com/watch?v=gMlx6Bny1ZE

A partir de 21h, la chaine franco-allemande ARTE propose une soirée consacrée au massacre de la place Tian'anmen du 4 juin 1989- le moment crucial dans l'histoire de la Chine moderne qui est complètement effacé par le régime totalitaire en place de la mémoire collective. https://www.arte.tv/fr/videos/090438-000-A/tiananmen-la-memoire-interdite/ Si vous avez raté cette soirée de télé, lisez le roman aussi passionnant de Madeleine Thien intitulé « Nous qui n'étions rien » qui vient d'être publié en français. https://www.ledevoir.com/lire/539384/nous-qui-n-etions-rien-les-cicatrices-de-l-histoire

Rappelons que lorsque Pékin compte ses victimes (dont le nombre des mort-e-s peut varier selon les sources de quelques centaines à dix mille), Paris est la capitale culturelle de l'Europe et celle des droits humains. Trente ans plus tard, la Chine contrôle totalement sa société civile grâce à la haute technologie (fichage, vidéosurveillance, contrôle des réseaux sociaux et d'Internet etc.) et la France arrive maintenant en cinquième position après la Chine, les Etats-Unis, les pays du Golfe et le Royaume-Uni en matière de gouvernance algorithmique des grandes villes, selon Le Monde diplomatique (cf. « La ville sûre ou la gouvernance par les algorithmes » de Félix Tréguer, juin 2019, p. 22 et 23). Sachez que la vidéosurveillance -appelée « vidéoprotection » par les gouvernements successifs depuis 2010- est en place à Toulouse, Nice, Marseille, Valenciennes et Paris... https://site.ldh-france.org/paris-10-11/tag/ravif/

A la recherche de la culture européenne perdue...

Le samedi 18 mai a mobilisé 200 millions de personnes issues de 41 pays devant leur téléviseur, afin de suivre l'Eurovision 2019 à Tel-Aviv où 26 pays ont été en compétition de la meilleure chanson européenne. Et qui a finalement gagné ? La Hollande avec une chanson en anglais intitulée « Arcade » de Duncan Laurence, de son vrai nom Duncan de Moor, né le 11 avril 1994 dans une petite ville hollandaise inconnue. https://www.youtube.com/watch?v=waJO16UzcdU L'Italie est arrivée à la place n° 2 avec « Soldi » (argent) de Mahmood, un Italien né en 1992 à Milan d'une mère italienne et d'un père égyptien. https://www.youtube.com/watch?v=tEwvUu1dBTs Le chanteur-danseur-acteur russe Sergueï Lazarev, né le 1er avril 1983 à Moscou, a pris la 3e place avec son titre « Scream » https://www.youtube.com/watch?v=e94dst20C9Y

Inutile de chercher la diversité linguistique à l'Eurovision, les textes en anglais peu sophistiqués dominent ce concours depuis longtemps, malgré le fait que la langue de Shakespeare ne représente que la langue officielle de l'UK et de l'Irlande. C'est très triste que les autres pays semblent définitivement renoncer à leur langue maternelle, à quelques exceptions près comme la France (14e place, Bilal Hassani) ou l'Espagne (dernière place, Miki). Plus triste encore, les chanteuses n'ont pas brillé cette fois-ci (le duo allemand Sisters occupe l'avant-dernière place) et ainsi les gagnants sont indéniablement les hommes- chantant majoritairement en anglais. Quant à la prestation de la star américaine Madonna -déguisée en pirate par Jean-Paul Gaultier, elle a fait le buzz sur Internet, en chantant faux... https://www.bfmtv.com/culture/sur-youtube-madonna-efface-les-fausses-notes-de-sa-prestation-a-l-eurovision-1695536.html Quelle soirée! Sans oublier la polémique concernant le groupe islandais « Hatari » qui n'a pas hésité de brandir le drapeau palestinien à la fin de l'émission, en signe de protestation contre la politique d'Israël contre la Palestine. https://fr.reuters.com/article/idFRKCN1SQ0BB-OFRTP Il y aura des sanctions pour l'Islande car la politique n'est pas prévue dans le cadre de l'Eurovision. A suivre !

Une semaine plus tard, jusqu'au dimanche prochain exactement, plus de 300 millions de citoyennes et citoyens (de 500 millions au total) vivant dans les 28 pays (encore avec l'UK !) de l'Union Européenne (UE) sont invité-e-s à voter pour leurs 751 député-e-s (705 après le Brexit) en vue du nouveau Parlement européen, élu pour cinq ans. Ce Parlement est la seule institution européenne élue en suffrage universel direct. En 1979, à 86 ans, la doyenne du Parlement Louise Weiss, la mère de l'Europe, disait : « C'est à Strasbourg que l'esprit européen est le plus ouvert et le plus pur ». Contrairement à l'Eurovision et malgré l'importance de ce vote, le taux moyen de la participation n'arrête pas de chuter : de 61.99% en 1979 au niveau de 42.61% en 2014 (tous les chiffres viennent directement du site officiel de l'UE https://europa.eu/european-union/index_fr). Pourquoi ce désintérêt voire désenchantement ? En regardant les programmes des partis en France, au total 34 listes déposées au ministère de l'Intérieur, aucune ne propose une politique culturelle & linguistique en faveur de la diversité culturelle, la véritable richesse de l'Europe. Or, les langues et les cultures sont indissociables ! Renoncer à sa langue, c'est renoncer à sa culture. Comment 500 millions de femmes & d' hommes peuvent s'identifier avec une Union européenne dominée par la langue anglaise, dirigée par une Commission à Bruxelles- désignée et non pas élue - et qui possède le pouvoir de fixer le moindre détail de notre vie quotidienne uniquement sous l'aspect de l'économie libérale à l'américaine, donc de l'argent ? Une Europe sans culture devient une Europe de barbarie, en marche en arrière. Au lieu de l'Eurovision sans politique, l'Union européenne a besoin d'une nouvelle vision concernant sa richesse culturelle, et notamment celle basée sur les valeurs des droits humains et accessible pour toutes et tous. A voter !