Ces femmes qui aiment le train

20/07/2018

Pouvez-vous imaginer le Crime de l'Orient-Express (1934) d'Agatha Christie (1890-1976) dans un autocar de l'entreprise OuiBus (filiale de la SNCF créée en juillet 2012) ou plutôt dans celui d'un FlixBus (startup allemande créée en février 2013 dont les actionnaires principaux sont les fondateurs Daimler & deux fonds d'investissement américains) ? Ou son détective belge, Hercule Poirot, à la recherche de l'assassin de Monsieur Ratchett dans un autocar d'Eurolines (regroupement de 28 entreprises indépendantes avec siège en Bruxelles en 1984) ou dans un autocar d'Isilines (créé par Transdev, entreprise française multinationale, en 2015) ? Certainement pas et sachez que toutes ces entreprises préparent systématiquement la privatisation du rail en France, depuis des années 80. C'est la reine du crime qui dit à juste titre dans Une Autobiographie : « Voyager par le train vous permet de voir la nature et les êtres humains, les villes et les églises, les fleuves-bref, de voir la vie ». En effet, suivant que des autoroutes, voyager en autocar ne permet ni voir la nature ni de la préserver. Or, en 1930, la romancière anglaise n'est pas seulement inspirée par son premier voyage à bord de ce train mythique, synonyme de luxe et de romance, mais grâce à ce voyage elle rencontrera l'homme & l'amour de sa vie : Max Mallowan, l'archéologue de 26 ans qu'elle quittera plus jusqu'à sa mort. Savez-vous où débute ce mythe de l'Orient-Express, nommé le roi des trains et le train des rois ? A Paris, à la gare de l'Est, le 4 octobre 1883 et son dernier voyage Paris -Istanbul date du 20 mai 1977. Le groupe de luxe Belmond (basé à Londres) organise à nouveau des voyages du Venise Simplon-Orient-Express, hélas hors de prix pour un/e simple mortel/le (Paris-Venise à 2300€). https://www.bien-voyager.com/voyage-a-bord-de-lorient-express/ et https://www.sncf.com/fr/groupe/patrimoine/orient-express

Autres souvenirs inoubliables : avec 150 femmes françaises et d'autres nationalités parties en train de Paris à Pékin du 18 au 29 août 1995, à l'occasion de la 4e Conférence mondiale des Femmes, placée sous l'égide de l'ONU, du 4 au 15 septembre. https://www.un.org/french/events/womenfr.htm

L'idée venait de la sculptrice d'origine espagnole Maya Salvado Ferrer, née des parents artistes installés en France et 29 ans à l'époque. Son association « Femmes en train pour Pékin » a conçu ce voyage militant unique, afin de témoigner de la mobilité des femmes. La partie la plus spectaculaire de cette aventure était de Moscou jusqu'à Pékin dans le Transsibérien- exclusivement réservé aux femmes (à l'exception des conducteurs, (bons) cuisiniers et soldats pour leur protection). https://lesacados.com/voyage-en-train-transsiberien-transmongolien

La découverte de la France voire de l'Europe (merci Bruxelles !) en train est désormais une affaire de luxe à très grande vitesse, puisque l'actuelle réforme ferroviaire est principalement basé sur le rapport de Jean-Cyril Spinetta (énarque, né en 1953 dans le 15e arrondissement de Paris, ancien patron d'Air France). Autrement dit, adieu le train écologique, bonjour l'avion polluant, fidele à la légendaire formule macroniste « Make our planet great again »...

« Les gens qui nous font le plus de mal sont ceux qui prétendent nous empêcher dans notre propre intérêt de voir les choses telles qu'elles sont. » (Cinq Petits Cochons, Agatha Christie)