L’été parisien en 2019

09/07/2019

Des visages de femmes célèbres ont marqué cet été parisien : tout d'abord ceux des Bleues qui ont envahi le parc des Princes afin de le transformer finalement en parc des Princesses -jusqu'au 28 juin...Certes, les footballeuses françaises n'ont pas gagné ce jour-là le match contre les championnes du monde mais cela n'est pas une honte car ces Américaines disposent de la meilleure joueuse et buteuse de cette Coupe du monde : Megan Ripanoe (34 ans). https://fr.besoccer.com/info/mondial-2019-rapinoe-sacree-meilleure-joueuse-et-buteuse-du-tournoi-668280

Pas seulement une personnalité sportive hors commun, elle est devenue -avec la 4e étoile sur le tricot- l'icône du football féminin à l'échelle planétaire. Cette brillante attaquante & co-capitaine de l'équipe nationale américaine est également porte-voix LGBT, diplômée en sociologie & science po et ouvertement anti-Trump. Grâce à elle, le football féminin va enfin pouvoir haut et fort revendiquer la parité au niveau des salaires avec les collègues du sexe masculin. Pour les Bleues, c'est un rêve ultime ! La discrimination liée au genre est leur pain quotidien. Maintenant il faut des moyens financiers pour arriver au top et le plus vite possible. https://www.lesportaufeminin.fr/2019/07/08/megan-rapinoe-les-joueuses-ont-fait-le-spectacle-durant-ce-mondial/

Une footballeuse française, Melissa Plaza, est certainement aussi très heureuse du succès de cette Coupe mondiale en France. Son livre autobiographique intitulé Pas pour les filles (Robert Lafont) tombe à pic pour démontrer le talent des femmes dans cette discipline réservée aux messieurs, depuis trop longtemps. https://www.tv5monde.com/emissions/episode/l-invite-melissa-plaza

Curieusement, la langue de Molière n'a pas prévu une version féminine pour le mot vainqueur. Bizarre, bizarre... En Suisse et au Québec, on utilise « vainqueuese » et « vainqueresse ». On dirait plutôt pour le premier une maladie grave et pour le deuxième une méchante vengeance. Soit. C'est le moment mes dames de créer un mot pour la France : le concours est ouvert.

Quant aux visages de femmes célèbres, Nan Goldin -une autre Américaine pas footballeuse mais photographe- est passée au Louvre, pour protester contre l'aile Sackler le premier juillet: Theresa & Mortimer Sackler sont des richissimes mécènes américains dont la fortune est basée sur le médicament OxyContin qui a fait des grands dégâts en rendant accro ses utilisatrices & utilisateurs. La Tate à Londres et le Guggenheim à New York ont déjà coupé les ponts avec ce couple, à quand le tour du Louvre ??? https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/louvre/au-louvre-manifestation-contre-le-financement-du-musee-par-un-mecene-implique-dans-la-crise-des-opiaces_3516205.html

Le Louvre rend au moins un petit hommage à une grande cinéaste récemment disparue et tant aimée : le 21 juillet à 22h, projection du film « Visages, Villages » d'Agnès Varda et de JR (en sa présence)- gratuit sur réservation. https://presse.louvre.fr/cinema-paradiso-louvrenbsp/